Nathalie Francisci

Journée de la Femme !

8 mars 2012

Quelle belle journée ce 8 mars en l'honneur des femmes ! Souhaitons d’ailleurs que cette Ode à la féminité ne soit pas uniquement le fait d'une journée mais un état d'esprit.
50% de la population active est composée de femmes. Elles sont reconnues comme les Top Influencers dans les achats de biens immobiliers, les autos et la consommation en générale. Elles sont de plus en plus en nombreuses sur les bancs d’universités (je me demande d’ailleurs combien d’entres elles sont favorables à la grève étudiante…). On les retrouve dans des fonctions autrefois très masculines et elles peuplent les bureaux de comptables, d’avocats et même les chasseurs de têtes qui, désormais, portent la jupe (ou sa version très élégante du tailleur pantalon à la YSL).

Elles sont largement diplômées, brillantes, déterminées et volontaires. Elles recherchent une carrière professionnelle stimulante, une famille comblée de rires d’enfants, un style et une silhouette digne de star des magazines et un conjoint à la hauteur de leurs ambitions. Pourtant, elles sont hantées par la fameuse question de la conciliation travail-famille.

Récemment, lors d’une conférence, une jeune femme me demande quel est mon avis (mon conseil) sur le sujet. Je lui ai répondu que ce foutu équilibre n’existe pas. C’est un mythe, un fantasme. Ce qui existe ce sont nos choix, c’est vrai, c’est tangible. Ce sont nos choix qui nous équilibrent. On ne peut combiner carrière, maternité, silhouette dans un même corps : celui d’une femme, d’une épouse, d’une mère, d’une professionnelle et d’une amie (oui le « girls club » existe aussi !). Il n’y a pas non plus de meilleur « timing » pour faire un enfant, car ce n’est jamais le bon moment mais il est toujours temps de trouver le bon conjoint. « Make your partner a real partner ! » affirme Melissa Sandbeg COO de Facebook et mère de jeunes enfants (pour voir la conférence au complet http://youtu.be/18uDutylDa4 ).

Il y a une relève féminine qui monte composée de jeunes femmes conscientes de ces choix. Elles ont intégrées la technologie à leur mode de vie. Elles sont de la génération Internet qui a grandit « avec » et « sur » le web, multitâches et des pros de la délégation. Elles textent (ou BBM) leurs enfants pour garder la communication, commandent sur Internet les cadeaux de Noel et reçoivent leurs nouvelles sur leur Ipad. Mais elles ont parfois du mal à se reconnaître dans les modèles qui leur sont offerts et elles tentent de définir elles-mêmes leurs propres cadres de référence. Je suis confiante en elles. Je suis confiante si elles n’abandonnent pas trop tôt, si le défi est trop grand ou trop lourd à porter. C’est un risque important.

C’est à ce moment qu’il faut les supporter et les encourager. Il faut aller au-delà du mentorat ou du coaching pour les «sponsoriser ». Les femmes doivent se trouver un sponsor. Quelqu’un qui va devenir leur Ambassadeur et leur ouvrir des portes, réellement. C’est une démarche bien différente.  Elles doivent oser, s’affirmer dans la bonne mesure pour projeter une image de contrôle (ça elles connaissent à fond !). Projeter une image de contrôle, d’équilibre ne signifie pas être en contrôle de tout en bâtissant une carrière professionnelle de haut niveau entre 9h et 5h. C’est l’alternance de périodes exigeantes et stimulantes avec des périodes de réflexion, de formation ou de maternité qui, au bout de compte, crée ce fameux équilibre.

Se donner une perspective de carrière à long terme est la clé. Trouver la sérénité dans ses choix de vie et de carrière aussi.

À noter à vos agendas : 15 mais 2012 - Grandes Conférences les affaires : Femmes cadres. Consultez le programme ICI.

 

Commentaires
Ce blogue n'a pas reçu de commentaires.
Laisser un commentaire Subscribe